Campagne mondiale pour l’élimination du travail des enfants

contexte

Au cours des 20 dernières années, des progrès  ont été réalisés pour s’assurer que 9 enfants sur 10 dans le monde n’est soumis  au travail des enfants, à l’esclavage ou à la traite toutefois, mettre fin à cette exploitation pour un enfant  sur 10 s’est avéré être un défi persistant. la baisse du travail des enfants entre 2012 et 2016  est élevée à un tiers du  taux de  la baisse pour la période 2008-2012  suggère que 121 millions d’enfants seraient encore en travail des enfants ou en esclavage d’ici la date limite fixée par l’ONU pour éliminer toutes les formes  de travail des enfants. Avant même la pandémie, les enfants les plus marginalisés étaient laissés pur compte.Depuis lors, le grand impact économique du COVID-19 sur les familles les plus pauvres du monde et l’inégale et immorale allocation des 8000 milliards de dollars de soutien covid-19 qui a fait en sorte que ceux qui avaient le plus besoin d’aide ont reçu  le moins de soutien. Cela a rendu la situation encore plus critique et dans certains pays,  une augmentation  de 1% de la pauvreté pourrait entrainer une augmentation d’au moins 0,7% du travail des enfants. Comme L’UNICEF et  l’OIT nous ont déjà mise en garde, nous pensons maintenant que nous pourrions voir une augmentation du travail des enfants, de l’esclavage et de la traite dans un premier temps en deux décennies.

2021 nous offre à tous non seulement d’empêcher ce renversement potentiel  en cours, Mais aussi de relancer la lutte contre toutes les formes du travail des enfants et faire pression pour atteindre l’objectif en 2025, le  rapport Fair Share for Children, inspiré des recherches produites pour l’OIT, la CSI, l’UNICEF, la FAO, le HCR et d’autres organismes, démontrent qu’il existe des interventions qui pourraient être fait pour savoir si les enfants les plus marginalisés avaient leurs juste part. il est important que la société civile et d’autres alliés dans ce combat se réunissent pour faire un cas convaincant en 2021 derrière le local, les politique nationales et internationales qui ont fait leurs preuves  pour éliminer l’injustice du travail  des enfants et l’extrême pauvreté intergénérationnelle et la malnutrition qui la motive.

 

Principe de la juste part

Les enfants travailleurs proviennent principalement  de communautés qui font l’objet de discrimination depuis des générations. Les enfants et leurs  familles ont si peu de ressources relativement aux ressources mondiales et les enfants doivent travailler pour survivre. C’est une honte au 21ème siècle quand le monde n’a jamais été riche qu’un enfant sur 10 vive de cette façon.  S’ils avaient leur juste part de ressources, de lois et de protection, nous élimineront le travail des enfants pour de bon l’incarnation de ceux qui sont «  laissées pour compte » sont les communautés qui sont marginalisées et que leurs enfants sont forcés de travailler pour survivre au lieu d’aller à l’école. En garantissant une juste part pour tous les enfants, nous nous attaqueront à l’injustice intergénérationnelle et non seulement atteindre l’objectif 8.7, mais aussi faire des progrès sur tous les ODD liés à l’enfant.

 

AIM : mettre fin au travail des enfants dans les pays du monde enter en garantissant  une part équitable des ressources, des lois et des protections des enfants les plus marginalisés et de leurs communautés.

Objectifs:

Veiller  à ce que l’année des nations unies pour l’élimination du travail des enfants soit la percée de la cible 8.7 des ODD et l’engagement plus large de ne laisser aucun enfant derrière lui.

Construire une large coalition, réunissant tous ceux qui veulent voir la fin du travail des enfants

Les politiques qui ont fait leurs preuves et qui apporteront des changements durables

Veiller à ce que les survivants aient la possibilité et la plate forme d’informer directement les décideurs sur leurs expériences et leur demande de justice.

Résolution adoptée par l'Assemblée Générale des Nations Unies: "2021, année internationale pour l'élimination du travail des enfants"






Résolution adoptée par l’Assemblée générale le 25 juillet 2019

[sans renvoi à une grande commission (A/73/L.101 et A/73/L.101/Add.1)]

73/327. 2021, Année internationale de l’élimination du travail des enfants

 L’Assemblée générale,

Réaffirmant les dispositions de sa résolution 70/1 du 25 septembre 2015, intitulée

« Transformer notre monde : le Programme de développement durable à l’horizon 2030 », dans laquelle a été adoptée une série complète d’objectifs et de cibles ambitieux, universels, axés sur l’être humain et porteurs de changement, et réaffirmant qu’elle s’engage à œuvrer sans relâche pour que ce programme soit appliqué dans son intégralité d’ici à 2030, qu’elle considère que l’élimination de la pauvreté sous toutes ses formes et dans toutes ses dimensions, y compris l ’extrême pauvreté, constitue le plus grand défi auquel l’humanité doit faire face et une condition indispensable au développement durable, et qu’elle est attachée à réaliser le développement durable dans ses trois dimensions – économique, sociale et environnementale – d’une manière équilibrée et intégrée en tirant parti de ce qui a été fait dans le cadre des objectifs du Millénaire pour le développement, dont elle s’efforcera d’achever la réalisation,

Soulignant que la Convention relative aux droits de l’enfant1 constitue la norme en matière de promotion et de protection des droits de l ’enfant et, vu leur importance, appelant à la ratification universelle et à l’application effective des Protocoles facultatifs s’y rapportant2, ainsi qu’à celles d’autres instruments relatifs aux droits de l’homme,

Rappelant la Convention de 1973 sur l’âge minimum (no 138)3 et la Convention de 1999 sur les pires formes de travail des enfants ( no 182) 4 de l’Organisation internationale du Travail,

1 Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 1577, no 27531.

2 Ibid., vol. 2171 et 2173, no 27531, et résolution 66/138, annexe.

3 Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 1015, no 14862.

4 Ibid., vol. 2133, no 37245. 19-12813 (F)

Réaffirmant   ses   résolutions   53/199    du   15 décembre   1998   et    61/185    du 20 décembre 2006 sur la proclamation d’années internationales, et la résolution 1980/67 du Conseil économique et social, en date du 25 juillet 1980, sur les années internationales et les anniversaires, en particulier les paragraphes 1 à 10 de l’annexe énumérant les critères applicables pour la   proclamation d’années   internationales, ainsi que les paragraphes 13 et 14, dans lesquels il est précisé qu’une année internationale ne peut être proclamée avant que les arrangements de base nécessaires à son organisation et à son financement aient été pris,

Réaffirmant également l’engagement pris par les États Membres de prendre des mesures immédiates et efficaces pour supprimer le travail forcé, mettre fin à l’esclavage moderne et à la traite d’êtres humains, interdire et éliminer les pires formes de travail des enfants, y compris le recrutement et l ’utilisation d’enfants soldats, et, d’ici à 2025, mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes,

Consciente qu’il importe de revitaliser les partenariats mondiaux pour assurer l’application du Programme de développement durable à l ’horizon 2030, y compris en ce qui concerne les objectifs et les cibles visant à éliminer le travail des enfants,

Consciente également que l’année 2016 a été proclamée Année de l’élimination du travail des enfants par la Communauté des pays de langue portugaise,

Notant l’adoption de la Déclaration de Buenos Aires sur le travail des enfants, le travail forcé et l’emploi des jeunes à la quatrième Conférence mondiale sur l’élimination durable du travail des enfants, tenue à Buenos Aires du 14 au 16 novembre 2017, notamment les engagements qui y figurent,

  1. Décide de proclamer 2021 Année internationale de l’élimination du travail des enfants ;
  2. Invite tous les États Membres, les organismes des Nations Unies et les autres organisations internationales et régionales, ainsi que la société civile, y compris les organisations non gouvernementales, les particuliers et les autres parties prenantes concernées, à célébrer cette année internationale comme il se doit, au moyen d’activités destinées à faire prendre conscience de l ’importance de l’éradication du travail des enfants, et à partager les meilleures pratiques à cet égard ;
  3. Invite l’Organisation internationale du Travail à faciliter la célébration de cette année internationale, dans le respect des dispositions de l ’annexe de la résolution 1980/67 du Conseil économique et social ;
  4. Souligne que toutes les activités autres que celles relevant actuellement du mandat de l’organisme chef de file qui découleraient de l’application de la présente résolution devraient être financées au moyen de contributions volontaires ;
  5. Invite toutes les parties prenantes à verser des contributions volontaires et à fournir d’autres formes d’appui à l’Année internationale ;
  6. Prie le Secrétaire général de porter la présente résolution à l’attention de tous les États Membres, des organismes des Nations Unies et des organisations de la société civile afin que cette journée internationale soit célébrée comme il convient.
                                                                                                            

Ambassadeur de la campagne mondiale pour l'élimination du travail des enfants au Togo

Pour atteindre les objectifs de l’année 2021, année internationale de l’élimination du travail des enfants proclammée par les Nations Unies, Monsieur Cléophas MALLY Directeur de l’ONG WAO-Afrique a été nommé ambassadeur pays  au  de la campagne mondiale.pour l’élimination du travail des enfants.

Il a pour rôle principale de mobiliser tous les acteurs et institutions possible sur les dangers liés au travail des enfants et  ensemble  déterminer des actions qui doivent être faite et des réflexions a conduire pour que afin de compte ils puissent amener des solutions devant le parlement

Réunion du Comité Directeur élargie aux partenaires

Ce jeudi 10 juin 2021 s’est tenue dans la sale de conférence du ministère du travail une réunion du comité directeur  national (CDN) avec les partenaires dans le cadre de la campagne mondiale pour l’élimination du travail  des enfants au Togo dans le but de partager les informations sur les lignes directrices de la campagne. La séance  a été ouverte par le mot  de bienvenue de la représentante du (CDN) Madame GALLEY Marceline directrice des normes et des relations internationales au ministère  de la fonction publique  du travail et du dialogue social  .Elle a rappelé  l’importance de l’année internationale pour l’élimination  du travail des enfants, la journée du 12 juin. L’engagement de l’Etat  et son soutien  à la campagne a également été   évoqué par Monsieur  AKAKPO Laoutéma.

L’ambassadeur pays, Monsieur Cléophas MALLY Directeur de WAO Afrique à son tour a rappelé les objectifs  et a donné  les principes de la campagne a 3 niveaux :

 – La juste part des budgets qui consiste a ce qu’  une partie de budgets  soit consacrée aux enfants travailleurs  afin qu’ils puissent quitter le domaine du travail  et retourner à l’école.

– Le deuxième principe est la juste part des lois : les enfants travailleurs doivent recevoir leur part de justice et de protection par conséquent il faut pousser  l’Etat à la mise en œuvre et l’application des lois existantes et  à la création de lois  nationale visant a combler les lacunes en matière de travail des enfants  

– le dernier principe  est la protection sociale « la juste part de protection »  les enfants travailleurs n’ont pas  accès  ou ne bénéficient pas  de nombreuses initiatives financières  pour la protection sociale des enfants ; ce que la campagne veut aujourd’hui  est que ces nombreux systèmes de protections soient élargies aux enfants travailleurs pour que ses derniers soient mieux protégés.                                               

 La CDN a également invité ses partenaires  à réfléchir sur  cet engagement pour la lutte contre le travail des enfants et  sur des propositions concrètes  à apporter devant le parlementaire

 

Visite de l'ambassadeur pays auprès du Directeur de la coopération de l'université

Toujours dans le cadre de la mobilisation des partenaires pour la campagne mondiale de l’élimination du travail des enfants, l’ambassadeur Pays a été reçu ce 16 juin 2021  par le président de la coopération de l’université  de Lomé Mr KETOH Guillaume. 

L’ambassadeur a demandé au Directeur d’impliquer les étudiants de l’Université de Lomé dans la campagne tout en menant des actions allant dans le sens ses objectifs.

 

L'ambassadeur pays de la campagne mondiale pour l'élimination du travail des enfants réçu en audience par le Modérateur de l'Eglise Evangélique Presbytérienne du Togo

Dans le cadre de la campagne mondiale pour l’élimination du travail des enfants, l’ambassadeur pays a été reçu ce vendredi 18 juin 2021 par le modérateur de l’EEPT. L’objectif de la rencontre était de voir dans quelle mesure l’Eglise Évangélique pourra participer à la campagne. Le Révérant Docteur AKOTIA Daniel  a apprécié cette initiative et a affirmé son soutient à la campagne .Il a informé que des réflexions  se feront pour des actions concrètes allant dans le sens des  objectifs de la campagne. 

L' ambassadeur chez le président de l'Eglise Méthodiste du Togo

Le 6 juillet  2021,  l’Ambassadeur pays a effectué une visite  auprès du président  de l’église Méthodiste.  cette visite  s’inscrit  dans le cadre de la  campagne mondiale pour l’élimination du travail des enfants, une visite au cours de laquelle il  a informer le président sur les objectifs de la campane  et voir dans quelle mesures l’église  pourrait intégrer la campagne .

Pour Monsieur LAWSON kpavuvu, président  de l’Église  Méthodiste du Togo les objectifs de cette campagne  sont à louer puisqu’ils visent à créer aux enfants un environnement protecteur. Il affirme son soutien intégral pour la campagne et  a promis de faire le point de cette rencontre  à la hiérarchie  de l’Eglise Episcopale pour voir dans quelles mesures ils pourront apporter leurs contributions

visite de l'Ambassadeur auprès du Directeur Administratif et financier de l'Université Catholique de l'Afrique de l'ouest(UCAO)

L’Ambassadeur pays  s’est entretenu avec Monsieur Materne K.G  BOSSOU Directeur Administratifs et financier de l’Université  Catholique de l’Afrique de l’ouest (UCAO) ce jeudi 08 juillet 2021 sur la  campagne mondiale pour l’élimination du travail des enfants d’ici 2025.

Les échanges ont essentiellement portés sur  les principes directeurs de la  campagne et la contribution que les étudiants pourront éventuellement apporter à cette campagne.

Rencontre entre l'Ambassadeur et le porte parole du CONAPP

Dans le but d’élargir son champ de communication autour de la campagne mondiale pour l’élimination du travail des enfants, l’ambassadeur a rencontré ce lundi, 19 juillet le porte parole du conseil National des Patrons de Presse(CONAPP) Monsieur ADJA Olivier. 

fr Français
X